Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Mark Rothko, philosophe de l’abstraction

MarkRothko

Mark Rothko, de son vrai nom, Marcus Rothkowith, est un peintre américain, né le 25 septembre 1903 à Dvinksk. Il est le benjamin d’une famille juive de quatre enfants.

 

Mark RothkoIl émigre avec sa famille aux Etats-Unis à l’âge de 10 ans. Après des études à l’Université de Yale, il devient citoyen américain en 1938.

Mark Rothko, reconnu comme un des maîtres de l’abstraction américaine a marqué l’histoire de l’art du XXème siècle. Certaines de ses toiles ont été vendues à plusieurs dizaines de millions d’euros.

La vie artistique de Mark Rothko  a été rythmée par plusieurs périodes picturales.

Passionné par Rembrandt et Matisse, il va contribuer à l’émergence du courant expressionniste abstrait, dont la naissance dans les années 30 coïncide avec l’ouverture du Metropolitan Museum Of Art. À cette période, il participe au Federal Art Project, initié par le gouvernement Roosevelt en 1935, et fonde avec son ami Adolph Gottlieb et d’autres artistes d’avant garde, le groupe The Ten.

L’expressionnisme abstrait, qui place le sujet, ses pensées et ses sentiments, au cœur de la démarche artistique, marque le renouveau de la peinture américaine et, la guerre aidant, renforce l’importance de l’art américain sur l’échiquier culturel mondial, jusqu’alors dominé par la suprématie européenne. De nombreux artistes, dont Rothko, réfutent l’appellation d’ « expressionniste abstrait » car il s’agit d’un terme signifiant plus une tendance générale qu’un style pictural particulier, chaque peintre classé dans ce courant ayant un style propre. D’ailleurs, Mark Rothko reste largement influencé par le surréalisme européen.

Passionné de philosophie, et de Nietzsche en particulier, Mark Rothko, convaincu qu’ « il n’est pas vrai que l’on puisse faire une bonne peinture à propos de rien » partage par écrit  ses nombreuses réflexions sur l’art. Il rédige notamment « la réalité de l’artiste » au début des années 40, qui préfigure à l’émergence de son propre style, le Colorfield painting (Champ coloré). En rupture avec le courant en vogue de l’action painting (courant dit d’abstraction gestuelle), et guidé par son souci pour la forme et la couleur, il commence à peindre vers la fin de cette décennie ses fameuses toiles aux rectangles colorés et aux dimensions impressionnantes.

A partir des années 1957-1958, ses toiles s’assombrissent, le marron, le rouge et le noir dominent ses tableaux de la série des Seagram Murals. Son dernier tableau sera noir et gris. Atteint par un anévrisme de l’aorte qui l’empêchera de peindre ses toiles surdimensionnées, il met fin à ses jours dans son atelier le 25 février 1970.

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×