Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Les adolescents et l’orthodontie : ce qu’il faut savoir

orthodontie

Donner à ses enfants une dentition fonctionnelle mais aussi esthétique : c’est l’objectif des soins d’orthodontie prodigués à un adolescent sur deux en Europe. En France, ce sont 600 000 adolescents et préadolescents qui se font suivre par un orthodontiste.

 

 

Un diagnostique difficile à faire seul

 

A partir de onze ans et ce jusqu’à dix-sept ans, les préadolescents et les adolescents doivent surveiller le positionnement de leurs dents définitives. C’est à partir de cet âge que les parents peuvent amener leurs enfants en consultation, car il sera bien difficile pour eux de déterminer seul le besoin ou non pour leur progéniture, de suivre des soins d’orthodontie. Généralement, les adolescents très sensibles au regard des autres, ne veulent pas entendre parler des appareils visibles qui accompagnent les traitements. Le mauvais alignement des dents implique pourtant bien d’autres conséquences qu’une seule gêne physique ; c’est pourquoi il est primordial de consulter. Les enfants ont le droit à des rendez-vous gratuits jusqu’à leur dix sept ans.

 

Des praticiens spécialistes

 

Il existe des orthodontistes qui ont suivi le cursus classique de chirurgien-dentiste en six ans. Ils se sont orientés ensuite vers cette spécialité qui leurs a demandé quatre ans d’études supplémentaires. 80% des patients en France (dans la population des préadolescents et adolescents) sont suivis par des spécialistes. A noter que des stomatologues peuvent aussi pratiquer ces soins, tout comme de simples chirurgiens-dentistes.

 

Le principe du traitement

 

Le principe consiste à exercer une force continue, de faible intensité sur une longue durée, afin de faire bouger les dents et/ou les mâchoires pour les positionner de façon plus fonctionnelle et esthétique. Chaque patient possède une anatomie buccale différente, que l’orthodontiste analysera.

 

Des traitements longs et couteux

 

En moyenne, la durée du traitement varie de dix-huit mois à trois ans. Des phases de suivie et de stabilisation peuvent être à rajouter à ce temps déjà long. Si ce traitement peut être pénible, il requiert pour fonctionner, le bon vouloir de l’adolescent, qui doit respecter les consignes des praticiens. Dans 70 % des traitements, le recours aux bagues est obligatoire.

Il faut compter entre 600 et 1000 euros de frais tous les six mois. Avant l’âge de seize ans, la sécurité sociale prend en charge une partie des coûts liés au traitement. Par semestre, ce montant s’élève à 160 euros environ.

Les adolescents n’ont pas le monopole de ces traitements puisque de plus en plus d’adultes ont recours aux soins prodigués par des orthodontistes.

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×