Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Les serres du Jardin des Plantes : parcours millénaire et planétaire

serres

Au terme d’une rénovation de six ans, les serres du Jardin des Plantes ont rouvert en juin 2010, offrant au public un spectacle captivant dans des cadres préservés.

 

En plus d’un formidable lieu de découvertes botaniques, les serres sont des témoins historiques de l’évolution architecturale de ce type de construction. Leurs ancêtres sont les orangeries du Jardin Royal, construites pour protéger du froid ces plants fragiles. La première serre authentique, de bois et de verre, date de 1714, conçue pour abriter un plant de café offert à Louis XIV. Au 19e siècle, la maîtrise du verre et du métal permet de perfectionner ces édifices, en termes de construction et d‘isolation, afin de recréer des atmosphères lointaines.

Entre 1834 et 1836, l’architecte Rouhault de Fleury échafaude deux serres chauffées à la vapeur, à l’époque les plus grandes du monde, puis les premières serres à lignes courbes. Le style art déco de l’actuelle serre tropicale est, pour sa part, typique des années 30.

Quatre serres, dont deux à thème nouveau, sont ouvertes au public, chacune dotée de sa spécificité climatique et végétale.

La plus vaste est consacrée aux forêts tropicales humides. Les végétaux présents, plantes et arbres de grande taille (ficus, palmiers) proviennent des zones équatoriales les plus chaudes et les plus humides de la planète. Dotée d’une grotte et d’un plan d’eau, en raison de la luxuriance de ce type de végétation, cette serre procure le dépaysement le plus absolu.

L’ancienne serre mexicaine s’inscrit sous le thème des déserts et milieux arides. On y apprend comment la nature surmonte le manque d’eau et s’adapte à des conditions inhospitalières. Issues des déserts d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Australie, les plantes désertiques développent de fascinants mécanismes de survie par les formes ou les textures.

La serre de Nouvelle Calédonie est la plus inattendue pour les novices. Pourtant, on comprend son intérêt en apprenant que ce territoire abrite un écosystème unique, composé de cinq milieux : forêt humide, forêt sèche, maquis minier, savane et mangrove. Sur cet archipel de l’océan pacifique, on trouve des plantes dites endémiques, que l’on trouve exclusivement dans cette partie du monde.

Plus généraliste, la 4e serre retrace l’histoire des plantes. Douze grandes scènes reconstituent l’évolution végétale sur des centaines de millions d’années, depuis les plantes marines originelles aux espèces terrestres, d’abord rasantes puis de plus en plus élevées et élaborées. L’évocation ne s’effectue pas seulement à travers des fossiles mais aussi des plantes vivantes dont les ancêtres existaient déjà à l’ère préhistorique.

Accessibles aux personnes à mobilité réduite, la pédagogie des serres est particulièrement bien conçue pour les enfants, avec des pictogrammes placés à leur hauteur et des animations sonores qui diffusent contes et légendes en rapport avec le cadre visité.

Les serres sont ouvertes tous les jours sauf le Mardi, de 10h à 17h en hiver et de 10h à 18h30 en été. Tarifs d’entrée : 5 € pour adulte, 3 € pour enfant de 4 à 14 ans. Métros : Gare d’Austerlitz, Jussieu, Place Monge (préférable car il est difficile de se garer dans le quartier).

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×