Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Coming Soon, groupe de Rock inclassable !

Coming Soon

Après deux sorties d’albums remarquées, le groupe français, tout droit venu d’Annecy, promet une ascension aussi fulgurante que méritée.

 

coming_soon

Un premier album réussi (New Grids en 2008) et aussitôt un deuxième, lancé en automne 2009, qui est tout aussi prometteur. Qui sait, peut-être dans quelques années Coming Soon connaitra-t-il la gloire outre-Atlantique, et fera notre fierté nationale, à l’instar de Phoenix, qui a gagné un Grammy cette année. Il est en tout cas indéniable que le potentiel que montre le groupe le destine à percer rapidement.

Découvrons dès à présent la recette du cocktail puissamment addictif de Coming Soon.

Tout d’abord, on ne peut que souligner leur côté atypique. Comptant 6 personnes (7 initialement) au lieu de l’habituelle composition de 3 ou 4 musiciens, ils sont aussi nombreux que complémentaires. C’est cela qui est avant tout fascinant chez eux : ils sont très jeunes, mais tout aussi talentueux et polyvalents. Ils semblent tous maîtriser une multitude d’instruments, ce qui rend leurs mélodies si particulières, complexes et… complètes. On est séduit et ce dès la première écoute. Certains parlent d’influences émanant des Velvet Underground et de Lou Reed. Mais leur style est tellement étudié et indéfinissable à la fois qu’il est difficile de mettre le doigt sur une source d’inspiration précise.

Ensuite, des paroles (en anglais) qui retracent des histoires nous transportant directement dans un univers à part, aux racines du rock, entre anti-folk, rock, pop, disco pop… avec une véritable créativité musicale.

Des titres ou paroles parfois décalés (Walking, Don’t sell me to the French, Back Seat), parfois tendres (Sweetheart, Moonchild), racontant l’amour né d’un événement fatal (School Trip Bus Crash)… autant de diversité pour un album de réelle qualité. Ghost Train Tragedy est à écouter et réécouter, d’une traite ou en shuffle, sans s’en lasser, tant chacun des 15 titres semble unique et différent. En effet, bien que le groupe soit très jeune, ils font preuve d’une maturité déroutante. Et il faut les voir à l’œuvre pour le croire.

La scène est la touche finale, le coup de grâce du sextuor. En concert, le chanteur principal, surnommé Howard Hughes, fait preuve d’un charisme sans précédent grâce à sa voix profonde et sa gestuelle particulière. Les chansons défilent et les artistes échangent leur place sur la scène puisque aucun rôle est attribué : chacun agit à différentes échelles. On est donc successivement présenté aux autres membres : Alex Banjo, Mary Salomé, Ben Lupus, Leo Bear Creek et Billy Jet Pilot. Des surnoms saugrenus qui collent à l’univers dans lequel on est instantanément plongé. Les instruments (guitare, basse, batterie… mais aussi xylophone, maracas, tambourin, ukulélé…) sont passés de mains en mains au fil des chansons. L’originalité des morceaux est là, le tout formant un ensemble totalement hypnotisant. On assiste, impuissant et fébrile à un réel show, et à un surprenant mélange de professionnalisme et d’amusement le plus total.

Car les bougres aiment, ressentent et connaissent la musique, cela se respire. On en prend plein les oreilles, mais également les yeux. Chaque histoire racontée est réellement vécue sous le rythme des vibrations sonores. On ne vient pas écouter, on vient vivre Coming Soon.

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×