Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Le business des bijoux en pâte fimo es til mort ?

bijoux2

Des bijoux faits en un tour de main, grâce à des la pâte à modeler et un rapide passage au four ? Eh oui, la vie peut être simple parfois ! Mais est-ce que ça dure ?

 

 

Ses débuts sur Internet

Souvenez-vous vos années lycée où chaque petit aspirant à une communauté hippie étrennait ses dreads, ses vêtements colorés larges et… ses bijoux en pâte fimo ? Cette tendance avait tellement séduit il y a quelques années qu’elle avait fini par contaminer toute une génération. Mais comme nous savons que chaque tendance passe aussi vite qu’elle nous survient… est-elle toujours d’actualité ?

A priori, on serait tenté de dire non. Et tant mieux. Cependant, on ne peut que saluer cet effet de mode et voir ce qu’il a généré. Oui, parce qu’en plus de les vendre dans chaque troc et puce ou brocante où traînait leur cible favorite, les concepteurs de ces « petits bijoux » ont commencé à se multiplier sur Internet. La toile a accueilli de nombreux amateurs qui en observant, en collant leur œil tout près de « leur précieux », en ont décrypté les secrets, pour enfin se lancer dans une passion lucrative. Parce que tout le monde s’entendait sur le fait qu’être artiste, c’était plutôt « cool », ce qui devait arriver arriva et on peut désormais acheter nos bienaimés pendentifs, bagues ou boucles sur la toile.

 

Un procédé relativement simple

 

On se doute donc tous que la fabrication des bijoux en pâte fimo n’a rien de transcendant. Il suffit de choisir le type de pâte à modeler adéquate et le tour est (quasiment) joué. A quelques exceptions près. Si l’on veut se modeler une pièce d’une couleur unie, il suffit d’avoir été initié à la pâte à modeler étant plus jeune. Aucune autre formation n’est requise. Cependant, pour les effets que l’ont peut retrouver sur certains, comme les torsades, les mélanges de couleurs, mieux vaut avoir fait une recherche Google sur le bijou recherché pour se documenter.

 

Mais peu durable…

 

Tout comme les bracelets brésiliens à une période, les « scoubidous » à une autre – ne nous accusez plus de faire appel à de vieux et honteux souvenirs – les bijoux de ce genre ont eu leurs années de gloire et qui sait, le business continuera peut-être à fluctuer si quelques internautes ingénieux ou les puces de Clignancourt les remettent au goût du jour. Audacieux sera celui qui tentera de relancer cette tendance avant une vingtaine d’années. Tendance issue du mouvement hippie qui a connu un deuxième souffle grâce au tie and dye, les pantalons pâte d’eph’, le bohème chic et l’amour de certains pour les vêtements larges.

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×