Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Andy Roddick : un joueur très puissant

Andy Roddick

Andy Roddick est l’un des joueurs de tennis les plus doués de sa génération. Alors qu’il n’avait que 21 ans, ce joueur américain a terminé la saison 2003 en tant que numéro 1 mondial et a remporté l’US Open la même année.

 

Andy Roddick a montré, depuis le début de sa carrière de joueur professionnel en 2000, de très grandes qualités, à la fois mentales et physiques. Ce joueur, mis à part sa victoire à l’US Open en 2003, a également atteint la finale d’un grand chelem à 4 reprises (Wimbledon en 2004, 2005, 2009 et l’US Open en 2006), stoppé à chaque fois par le Suisse Roger Federer.

Andy Roddick est connu pour avoir un service à la puissance dévastatrice qui fait de lui le meilleur serveur du circuit à égalité avec le croate Karlovic. En effet, il est le détenteur du service le plus rapide du tennis professionnel, avec une mise en jeu à près de 250 km/h. Mis à part son service, il possède un bon coup droit avec lequel il donne toute sa puissance musculaire à la balle, en faisant peu de fautes. Ses décalages en coup droit sont souvent très efficaces. Il se déplace vite sur le court, réagit vite et varie beaucoup mieux le jeu que par le passé. Sa volée de revers est jugée comme meilleure que sa volée de coup droit et il n’hésite pas à l’utiliser sur gazon, la surface où il est le plus efficace. Enfin, sa capacité à tirer des passings impressionnants montre qu’il est habile.

Roddick a longtemps été critiqué pour son jeu brouillon, stéréotypé voire prévisible. Aujourd’hui, il arrive enfin à canaliser son jeu et son revers à deux mains, qui était son point faible à ses débuts, est devenu une arme beaucoup plus dangereuse qu’auparavant. Il apparaît plus fort et plus consistant dans tous les compartiments du jeu, plus régulier, capable de tenir un échange contre n’importe qui et de le remporter.

Néanmoins, malgré une amélioration constatée par tout le monde, le jeu de Roddick n’est pas le plus complet qui soit. Son revers, certes optimisé, ne semble pas aussi flexible que celui des autres. Son retour de service est aussi jugé comme faible en comparaison avec d’autres comme Federer. Enfin, il semble encore un peu dépassé par sa fougue à certains moments, due à des failles techniques qui caractérisent son jeu, lui donnant une gestuelle peu académique.

 

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×