Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Le Tour d’Italie

italie

Le « Giro » est l’un des événements majeurs du cyclisme mondial, la 2e plus grande course à étape derrière le Tour de France.

Très populaire et prisé des grands coureurs durant de nombreuses décennies, il a souffert du calendrier surchargé de l’UCI et reste aujourd’hui souvent écarté par les coureurs qui visent une victoire sur le Tour de France

 

Plus de 100 ans d’histoire

 

Le Tour d’Italie a vu le jour en 1909. Eugenio Camillo Costamagna, patron du quotidien sportif italien « La Gazetta dello Sport », s’est inspiré d’Henri Desgrange, créateur du Tour de France pour accentuer les ventes de son journal. Il voulait ainsi se démarquer de son concurrent le « Corriere della Serra ».

La première édition se déroule en 8 étapes pour un total de 2448 km avec un départ et une arrivée à Milan devant une foule très importante qui popularise ainsi très vite la course.

C’est l’italien Luigi Ganna qui remporte la première édition.

Si Français et Belges se hissent quelques fois sur le podium, aucun coureur étranger ne remporte le Giro qui se dispute chaque année au printemps, excepté durant les 2 guerres mondiales. Alfredo Binda avec 5 victoires entre 1925 et 1933, dont 3 successives (1927-1929) entre de la légende du Giro avant la bataille fratricide Bartali-Coppi.

 

Les légendes du Giro

 

Malgré 6 ans d’interruption, le Giro ne semble pas s’être arrêté et le duel Fausto Copi-Gino Bartali déchaine les passions en Italie. Le premier égalera le nombre de succès dans l’épreuve avec 5 tours remportés laissant 3 Giro (et 4 deuxième place) à son rival. Durant ce duel, le Suisse Hugo Koblet tire son épingle du jeu et devient le premier étranger à s’imposer en 1950.

Si les Italiens remportent régulièrement le Giro, pour la première fois un étranger inscrit son nom 2 fois au palmarès, le Français Jacques Anquetil (1960 et 1964). Il sera dépassé par la plus grande légende du cyclisme, le Belge Eddie Merckx (1968,1970, 1972-1974) qui égale le nombre de victoire sur le Giro. Il devient alors rare de voir des Italiens s’imposer 2 années de rang.

D’autres grands du cyclisme inscrivent leur nom au palmarès comme Bernard Hinault (1980, 1982, 1985), Stephen Roche (1987), Laurent Fignon (1989), Miguel Indurain (1992-93). Et si de nombreux coureurs réalisent le doublé Giro/Tour personne ne gagne la même année les 3 tours principaux avec la Vuelta.

 

Dans l’ombre du Tour de France

 

Le constat est flagrant : devant la longueur de la saison cycliste, il est difficile de se consacrer la même saison aux 3 grands tours et le Giro va en payer les pots cassés. En effet, les coureurs qui ont une chance de gagner le Tour de France font souvent l’impasse sur le Giro ou viennent y participer en cours de préparation. C’est ainsi que de 1997 à 2007, seuls des Italiens remportent le Giro sans parvenir à s’imposer dans le Tour de France (sauf Pantani en 1998).

C’est Alberto Contador qui met fin à cette hégémonie italienne en 2008 en réalisant le doublé Giro/Vuelta, la seule année où, justement, il ne participe pas au Tour de France.

 

Les maillots

 

Le maillot rose est instauré en 1931, en référence à la couleur du papier du journal « La Gazetta dello Sport ». Il est porté par le premier du classement général.

2 ans plus tard, le maillot vert fait son apparition pour le meilleur grimpeur (points attribués aux sommets des cols).

En 1966, un troisième maillot de couleur rouge voit le jour et récompense les plus réguliers à l’arrivée des étapes ou aux sprints intermédiaires, grâce à un système de points.

Enfin le maillot blanc du meilleur jeune est créé en 1976.

 

Les records marquants

 

A.Binda, F.Coppi & E.Merckx : 5 victoires

G.Bartali : 7 fois meilleur grimpeur (1935-1947)

Francesco Moser & Giuseppe Saronni: 4 fois vainqueur du classement par points

E.Merckx : 76 jours maillot rose

Mario Cipollini : 42 victoires d’étapes

A.Binda : 12 victoires dans un même Giro en 1927

8 : le plus petit nombre de coureurs à l’arrivée en 1914

4337 : le record du nombre de kilomètres parcourus en 1954 sur le Giro.

 

Dans l’ombre du Tour, le Giro n’en reste pas moins un des grands moments de la saison cycliste, en témoigne le succès sur les routes et la retransmission des étapes dans le monde entier.

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×