Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Sébastien Chabal

Sbastien Chabal

Le look atypique de ce joueur de rugby lui a permis, au-delà de ses performances, de devenir une des stars mondiales de la planète ovale et une icône en France. Portrait d’un joueur de rugby pas comme les autres…

 

Des débuts tardifs

Né le 8 décembre 1977 à Valence (Drôme), il est d’origine ardéchoise et grandit à Beaumont-lès-Valence.

Il effectue un premier essai non transformé au rugby à l’âge de 9 ans. Mais c’est finalement 7 ans plus tard qu’il se remet au rugby pour se défouler avec ses copains et profiter de ses premières 3e mi-temps. Il joue à Beauvallon où il remporte son premier trophée, le titre de champion d’Ardèche-Drôme junior.

Agé de 18 ans, il poursuit son apprentissage non loin de là au Valence Sportif en fédérale 2. Il prend alors conscience de ses capacités par l’intermédiaire d’Alexandre Chazalet, un joueur qui évolue dans l’élite à Bourgoin et dont le frère joue avec Sébastien.

 

L’apprentissage du professionnalisme

Repéré par Michel Couturas sur les conseils d’Alexandre, il signe son premier contrat espoir en 1997 avec le CSBJ.

Avec un Bac pro mécanique en poche, il travaille à mi-temps dans une usine spécialisée alors que le rugby vit ses prémices du professionnalisme en France.

Dès cette première saison, il effectue une dizaine de sorties dans l’élite et gagne, surtout, le championnat espoir.

Dès la saison suivante, il gagne ses talons de titulaires. Des prestations qui lui permettent de revêtir le maillot tricolore pour la première fois en février 2000.

Sans gagner de titres, il accumule de l’expérience avec ses potes du club dont un certain Lionel Nallet.

 

Une virée anglaise

C’est une histoire drômoise qui l’amène outre-Manche puisque Philippe Saint-André, l’ancien international tricolore a pris en main l’équipe de Sale dans le championnat anglais. Ce drômois décide alors de faire venir Sébastien dans son club.

Avec les Sharks, il remporte le challenge européen en 2005 à la fin de sa première saison. Il deviendra champion d’Angleterre l’année suivante.

Parallèlement, il adopte un nouveau look en se laissant pousser la barbe et les cheveux qui lui valle le surnom d’homme des cavernes.

 

La Chabalmania

Appelé par intermittence en équipe de France, il effectue quelques sorties fracassantes notamment lors d’une tournée dans l’Hémisphère Sud en 2007.

Chabal marque des essais en force face aux All-Blacks et retient particulièrement l’attention des médias français et étranger grâce à son look atypique, c’est le début de la Chabalmania.

Retenus dans les 30 pour le mondial, il fait naître une ferveur particulière dans les tribunes à chacune de ses apparitions ou percées le ballon en main, avec des grands « ouhhh » repris à l’unisson par tous les supporters en signe d’avertissement à l’adversaire.

Désormais, il est le joueur de rugby le plus populaire en France, reconnu dans le monde entier.

 

Le retour en France

Devant cette popularité, Sébastien Chabal souhaite revenir en France et signer dans un club avec ses amis de longue date Lionel Nallet. Le duo, d’abord pressenti à Montpellier, pose finalement bagages dans la capitale chez le nouveau promu et club historique le Racing Metro 92 à l’orée de la saison 2009/2010. Au terme d’une première saison prometteuse, le Racing atteint les play-offs où il subit la loi du futur champion de France Clermont. Mais Sébastien retrouve l’ivresse de la Coupe d’Europe et rêve désormais de pouvoir soulever le Bouclier de Brennus.

 

Le XV de France

C’est Bernard Laporte qui lui apporte sa première sélection lors du tournoi des VI nations le 5 février 2000. Sortie KO en 2e mi-temps, il pense avoir débuté trop jeune dans le XV français.

Malgré tout, il participe  la Coupe du monde 2003 dans l’anonymat puisque qu’il ne joue pas, une terrible frustration pour lui.

Jusqu’en 2007, appelé irrégulièrement, il obtient in-extremis sa place dans les 30. Il sort mitigé du mondial avec l’élimination par l’Angleterre en ½ finale et les 2 défaites face à l’Argentine.

Aujourd’hui, s’il continue sa carrière sportive, Sébastien Chabal est devenu un véritable homme d’affaires qui gère sa propre société et s’investit dans de nombreux projets financiers mais aussi humanitaires.

Sa notoriété lui permet d’être l’égérie de nombreuses enseignes (voiture, site de poker, parfum, équipementier,…) et d’être ainsi le rugbyman français le mieux rémunéré.

 

Partager avec:

Ajouter un commentaire

×